Présentation d'AGE et d'ASOPO

 

 ASOPO a été créée au Burkina Faso en 1996 pour permettre la scolarisation des enfants les plus pauvres de Gourcy et de sa région. Gourcy, siège d'ASOPO, est une ville située à 150 km au nord ouest de Ouagadougou.

 

 AGE a été créée en France en 2005 pour trouver des parrains et des marraines aidant financièrement les enfants choisis par ASOPO. Le siège d'AGE est à Solignac en Limousin.

 

 L'aide apportée aux enfants comprend les frais de scolarité, l'habillement, les soins et une aide alimentaire. La famille ne reçoit jamais d'argent. Tout est payé directement par ASOPO grâce à l'argent envoyé chaque mois par AGE. Tous les ans, un membre du bureau AGE va au Burkina pour rencontrer les membres  du bureau ASOPO, vérifier les comptes, voir les enfants, les familles et les instituteurs. Tous les frais de transport et de séjour sont à la charge de l'intéressé. Tous les membres d'AGE et d'ASOPO sont bénévoles. Tous les membres du bureau AGE parrainent un enfant.

 

 Deux fois par an, ces enfants écrivent en français à leur parrain ou à leur marraine. C'est difficile pour eux car leur langue maternelle est le mooré (langue de l'ethnie majoritaire Mossi). De plus, ils n'ont pas l'habitude d'écrire ni de s'adresser à un adulte.

 

 

 

 

 Naissance de l' "Association Grandir Ensemble Burkina" (AGE Burkina)

 

 En 1996, Adolphe Ouédraogo, un jeune instituteur de Gourcy, constate que des élèves, apparemment intelligents et doués, redoublent ou sont renvoyés de l'école pour échec scolaire. Adolphe cherche à comprendre et rend visite aux familles. Il découvre alors les conditions de vie inimaginables des enfants. Ils sont chétifs et toujours affamés car ils ne mangent qu'une fois par jour, le soir à la maison, n'ayant pas les moyens de payer la cantine scolaire. A l'école, à l'heure du déjeuner, ils vont attendre à l'ombre d'un arbre, le ventre vide, pendant que les autres déjeunent. Pendant la saison fraîche ces enfants tremblent de froid faute de vêtements adéquats, ils dorment pratiquement nus sans couverture.

 Ces enfants quittent l'école avant la fin des cours élémentaires pour des raisons financières car leur famille est très pauvre. Au Burkina, il y a beaucoup d'orphelins mais pas d'orphelinat car la solidarité familiale est très forte, ces enfants sont recueillis par une famille, même si elle est très pauvre.

 Adolphe, lui même orphelin de père, ayant eu la chance de faire des études, décide avec des collègues instituteurs de réagir et de créer l'association " Orphelin pour Orphelin" (ASOPO) pour aider ces enfants. Les cotisations de ses membres permettent de remettre chaque année quelques stylos et crayons aux enfants...Difficile de faire mieux sans moyen financier.

 

 En 2003, Adolphe épouse Amélie Martin, une jeune française de Limoges, rencontrée lors d'un chantier de reboisement au Burkina. De retour en France, ce couple franco-burkinabé décide d'organiser des parrainages pour aider ces enfants et crée l' "Association Grandir Ensemble Burkina" (AGE Burkina). Cette association loi 1901 a été déclarée à la préfecture de Haute-Vienne le 28 septembre 2005. Le premier parrainage a commencé en 2006.

 

   Page précédente                                      Page suivante